SKIP THE USE, le groupe de rock qui dynamite la scène musicale française

ⒸNRJ

Skip The Use revient avec un nouveau single, et l’annonce d’un cinquième album, prévu pour le 25 mars prochain : Human Disorder. L’occasion de revenir sur l’histoire de ce groupe de rock survitaminé, souvent méconnu du grand public. 

Un groupe à part 

Skip The Use, c’est un groupe bien différent de la scène musicale française habituelle. Un rock dansant, presque punk, reconnaissable en quelques secondes. Des textes engagés et des rythmes entêtants, voilà la recette de leur musique. Le terrain de jeu de Skip the Use, c’est aussi la scène. Concerts, tournées, festivals, le groupe a presque constamment été sur la route depuis la sortie de leur premier album. Composé de quatre membres, le groupe se forme en 2007. Le chanteur, Mat Bastard, de son vrai nom Mathieu Emmanuel Monnaert, écrit et compose la plupart des morceaux. Mais on le sait, les groupes finissent toujours par se séparer… Skip The Use ne fait pas exception à cette règle universelle et en novembre 2016, Mat Bastard annonce la fin du groupe. Les fans sont presque aussi dévastés qu’à l’annonce de la séparation des One Direction mais, en 2019, Skip The Use se reforme, sort un album et repart en tournée. Deux des quatre membres ont changé, mais l’énergie est toujours la même, la formule du groupe continue de fonctionner et de surprendre.

Quatre albums, et bientôt cinq…

Le premier album éponyme du groupe sort en 2009, mais c’est avec Can Be Late, l’album suivant, sorti en 2012, que le groupe se fait connaître du grand public. “Ghost”, le titre qui porte ce deuxième album, connaît un véritable succès à la radio, une première pour le groupe. Skip The Use se démarque par une énergie incomparable sur scène, ce qui leur vaudra une nomination aux Victoires de la musique en 2012, dans la catégorie “groupe ou artiste révélation scène de l’année”. En 2013, ils remportent la Victoire de la musique du meilleur album rock. Les réussites s’enchaînent et 2014 amène un nouvel album : Little Armageddon. Une tournée assez longue s’ensuit, le groupe ravit les foules et semble infatigable, de Rock En Seine à Garorock, en passant par l’Olympia et le Zénith, Skip The Use est un véritable phénomène de scène. Vient ensuite le dernier album en date : Past and Future, sorti en 2019. L’album mêle le rock habituel du groupe à des sons plus électroniques, plus modernes. Une sorte de Skip The Use 2.0.

Comment s’initier à Skip The Use ?

Mais comment faire pour s’engager dans la découverte de ce groupe ? Faut-il nécessairement être fan de rock pour aimer Skip The Use ? Quelques recommandations pourraient vous aider à vous lancer ! Si vous préférez les textes en français, il vous sera peut-être compliqué de vous plonger dans la discographie du groupe. Pourtant, l’unique chanson en français de Skip The Use est aussi l’une des plus belles, et mérite le détour. Étrangement actuel, bien qu’il ne soit sorti en 2013, le titre “Être heureux » revient avec justesse sur le climat actuel de nos sociétés, la montée d’une certaine prise de conscience, d’une rage silencieuse face aux débauches du monde et de la politique. Le titre ne se perd pas dans un optimisme aveugle, au contraire, il est prenant de sincérité et de simplicité. Tout autre registre, et chanson beaucoup plus légère qui vous donnera forcément envie de danser : “Nameless World”, premier single de l’album Little Armageddon. Le groupe a collaboré avec Adrian Bushby (producteur de musique pour Jamiroquai ou encore Muse). Le clip est réalisé par Arthur de Pins, auteur de Zombillénium, et prend la forme d’un court métrage d’animation dans lequel se retrouvent tous les personnages de la bande-dessinée, au côté de Mat Bastard. Pour les férus de rock, des chansons comme “People in The Shadow”, “Bastard Song” ou “Birds are Born to Fly” raviront vos oreilles ! Ajoutez à cela quelques incontournables comme “Cup of Coffee”, “Fallin’”, “The Story of Gods and Men” ou le plus récent “Damn Cool” et vous obtenez une playlist d’une diversité musicale étonnante. Peu importe vos préférences, l’expérience sera complète en découvrant le groupe sur scène, sur Youtube, ou en chair et en os lors de la tournée de l’album à venir !

Par Marie VIGLIERMO

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s