Quand la  culture se heurte à l’indifférence : l’indignation face à la disparition de René Robert

ⒸActu

Ce 18 janvier 2022, c’est sous l’indifférence générale des passants parisiens que s’est éteint le photographe franco-suisse René Robert, spécialiste du flamenco. Si de nombreux artistes ont rendu hommage au travail et à la personne même qu’était ce dernier, sa disparition soulève surtout une forte indignation face aux circonstances de son décès.

Une vie rythmée par le flamenco

Né en 1936 à Fribourg dans les Alpes suisses, sa passion pour la photographie lui vient rapidement à l’adolescence. Suite à l’obtention de son baccalauréat, René Robert décide de vivre de sa passion et commence à travailler dans le milieu de la mode et de la publicité, sans grande motivation. C’est vers ses 30 ans que Robert va découvrir, grâce à une Suédoise, un amour inconditionnel pour l’art espagnol du flamenco. Cette première rencontre avec le flamenco (qui est une expression artistique résultant de la fusion du chant, de la danse et de l’accompagnement musical) se fait dans un club de flamenco réputé de Paris; le Catalan. Le photographe décrivait alors ce lieu comme “le rendez-vous de quelques Espagnols de Paris mais aussi de tous les gens qui s’intéressaient au Flamenco”, à Musique Alhambra, le fameux site dédié au flamenco.
Dès lors, il se consacre au flamenco et s’avère totalement subjugué par l’intensité des émotions que dégagent les danseurs au son de la musique andalouse. Derrière son appareil, René Robert jouait avec son argentique et le noir et blanc pour tenter à la fois d’immortaliser, mais également de rendre vivants les expressions et gestes des danseurs. Au fil du temps, ses photographies ne tournent  qu’autour du flamenco et il sera décrit par beaucoup comme “Le portraitiste du flamenco”. On compte ainsi plus de 300 danseurs, chanteurs et guitaristes qui ont été photographiés sous l’œil méticuleux de René Robert tels que Paco de Lucia, Enrique Morente ou encore Israel Galvan, Andrès Marin et Rocio Molina.

L’émotion et la colère face à sa disparition


Les circonstances de la disparition tragique du photographe ont entraîné une vive émotion en France mais également en Suisse, en Angleterre et en Espagne où les passants parisiens sont pointés du doigt pour leur manque d’humanité.
Il est 21 heures le 18 janvier 2022 quand un homme se balade dans la rue près de chez lui. Rue Turbigo, près de République, un quartier animé. Cet homme, René Robert, chute suite à un malaise et agonise seul dans le froid pendant près de 9h. De nombreux passants ignorent l’homme, pensant probablement qu’il s’agit “juste” d’un SDF ou d’un alcoolique qui décuve. Comble, c’est après 9h à terre et dans le froid qu’un sans-abri se décide à appeler les secours mais il est déjà trop tard. René Robert décède à l’hôpital d’une hypothermie.
Cette histoire est un fait de société qui est loin d’être un cas isolé. De nombreuses personnes meurent dans le froid chaque jour sans que personne ne les relève. Finalement, la disparition de René Robert semble émouvoir la France car elle a perdu un de ses artistes dans la plus grande indifférence mais personne n’aurait soulevé le problème de société qui se dresse face à nous s’il s’agissait d’un sans domicile fixe sans histoire.
Comment en sommes-nous arrivés là ? C’est la question que chacun se pose à la lecture de tels événements. Dans un hommage adressé au photographe, le philosophe Damien le Guay dénonce dans le journal Le Figaro l’individualisme et la superficialité de notre société. Ce drame de vie laissera une trace dans la manière de penser et de voir son prochain car au-delà de l’artiste, René Robert était un homme. Sans-abri comme photographe renommé, nul ne mérite d’être ignoré de la sorte.
Paris a donc laissé partir un de ses artistes, seul dans le froid, mais cet événement tragique est peut-être le signal d’alarme face à l’humanité qui semble se perdre de plus en plus.

Par Aina VERA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s