Les parrainages politiques : controverse à l’aune des élections présidentielles

ⒸLVSL

L’opportunité des parrainages politiques est au cœur des débats lors des primaires à l’élection présidentielle. Si certains candidats n’ont pas eu de difficulté à réunir les 500 parrainages requis, d’autres ne les ont toujours pas obtenus. Dans cette situation, se trouvent notamment Jean-Luc Mélenchon, ayant déclaré le 16 janvier n’avoir été parrainé que par 391 élus, ou encore Eric Zemmour qui selon son entourage, ne l’aurait été qu’à un peu plus de 400 reprises.

Mais d’abord, d’où vient cette exigence des parrainages politiques pour être candidat aux présidentielles ? En 1962, le Conseil Constitutionnel considère que 50 parrainages sont nécessaires pour que la candidature soit recevable. Depuis 1976, le nombre est passé à 500. Depuis cette date, les parrainages étaient rendus publics « dans la limite du nombre requis pour la validité de la candidature ». Sa jurisprudence évolue en 2012, de sorte que l’ensemble des parrainages est désormais rendu public et ce au fur et à mesure de la campagne électorale.

Une raison principale à la controverse : la publicité des parrainages

L’idée des parrainages politiques trouve bien des défenseurs. Jean-Claude Colliard parle d’une idée « recevable » de celle d’un filtre « pour éviter les candidatures trop marginales ou fantaisistes ». Autrement dit, des candidatures qui ne reflètent pas une pensée importante au sein de la population française et qui servent d’autres intérêts que celui de se faire potentiellement élire. Mais alors pourquoi de tels débats quant à l’opportunité de cette procédure ? C’est en raison de la publicité totale des parrainages politiques depuis 2012. Les candidats cités précédemment martèlent que la publicité des parrainages constituerait un déni de démocratie. Ils appuient ce constat par leur difficulté à réunir les 500 signatures, alors que leurs idées sont partagées par bien des français. L’idée est que la publicité des parrainages dévoilerait leur raison d’être, ne permettant plus de jauger la légitimité d’un candidat sur la scène politique, mais de soutenir politiquement les parrainés. S’ils avancent que la publicité est responsable de ce dévoiement, c’est car elle serait source de pressions subies par les élus. Jean-Luc Mélenchon dénonce notamment le fait que certains maires, en particulier de petites communes, puissent être privés de leurs subventions par le président du Conseil général. La sanction d’élus s’ils venaient à parrainer un candidat affilié à un autre parti que le leur constituerait aussi une forme de pression. D’ailleurs, si le parti Les Républicains assure que les élus qui lui sont affiliés, ne seront pas sanctionnés s’ils venaient à parrainer Eric Zemmour, on peut y voir un intérêt de division de la droite radicale et non une opposition de principe aux pressions. Cela peut amener à penser que dans un contexte différent, les sanctions seraient envisageables.

Le risque d’atteinte à la démocratie : un moindre mal ?

Si la procédure des parrainages poursuit un but de filtrage, la publicité poursuivrait quant à elle un but de transparence. Cette transparence permettrait ainsi à un parti de s’assurer de la loyauté d’un élu affilié, ou aux habitants d’une commune de celle de leur maire. Cet enjeu paraît peu conciliable avec celui de représentation fidèle du débat politique. En découle la nécessité d’en faire privilégier un sur l’autre. La démocratie selon certains peut avoir pour vice de mettre en avant des idées qui posent question à certains égards moraux, ou même rationnels, si irréalistes. Se plaçant en garde-fou, la transparence par la publicité permettrait de gommer ce vice. Noble cause ou pas, resterait aussi à déterminer jusqu’où il est raisonnable de poncer les aspérités d’une démocratie censée faire s’impliquer une nation dans son ensemble. Même pour les partisans de la transparence, cela reste un enjeu de taille.

Par Melvin HAOUZI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s