Présidentielles 2022 : des enjeux aussi nombreux que les candidats

ⒸEurope 1

Si les années 2020 et 2021 ont été marquées par la crise du COVID, l’année prochaine, elle, sera marquée par les élections présidentielles. Elles sont attendues depuis 2018 par certains, insatisfaits du gouvernement en place, comme les gilets jaunes. À tel point qu’un nombre conséquent de politiques ont décidé de se présenter, plutôt que de se ranger derrière la traditionnelle offre politique.

Les 10 et 24 avril prochains, des milliers de citoyens se rendront aux bureaux de vote. Ce vote sera certainement influencé par la capacité de gestion d’une crise des candidats. Alors que les élections auraient pu s’axer autour de l’urgence écologique, notamment au regard du rapport alarmant rendu par le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), en septembre dernier.

Le renouvellement de l’électorat amène les partis traditionnels à devoir prendre en compte ces nouveaux électeurs. Cela peut passer par les réseaux sociaux ainsi que par l’intégration de nouveaux enjeux dans leur programme. Les électeurs font alors face à une diversité inédite des candidats officiels. Au 27 octobre, 8 candidats à gauche pour  5 à droite. Faisons un tour d’horizon de ces derniers.

De gauche à droite, une pluralité de candidats empêchant toute unification

A gauche, aucune unification réelle n’émerge pour l’instant. L’électorat du Parti Socialiste est divisé : voter pour Anne Hidalgo, issue de la primaire officielle, ou pour Arnaud Montebourg, ancien du PS se présentant seul ? A l’extrême-gauche, Jean-Luc Mélenchon se présente une troisième fois et pour la première fois sans le soutien du Parti Communiste (PC). Ce dernier a érigé comme candidat son secrétaire national, Fabien Roussel. Du côté de la Lutte Ouvrière, c’est Nathalie Arthaud qui sera présente, également pour la troisième fois. On retrouve Philippe Poutou au nom des anarchistes.

En se rapprochant du centre, on retrouve Jean Lassalle et son parti, Résistons !, souhaitant unifier les français.

A droite, première unification chez Les Républicains. Le 4 décembre prochain, une primaire opposera 6 candidats, dont parmi eux Valérie Pécresse, Eric Ciotti et Xavier Bertrand. Ce dernier avait d’abord annoncé une candidature indépendante puis a choisi la primaire au dernier moment. Cela est peut être lié à un changement de stratégie suite aux annonces des autres candidats.

Si en 2002, l’existence d’une offre à l’extrême-droite choque ; en 2022, ce sont trois potentiels candidats d’extrême-droite qui se présentent. Le règne de Marine Le Pen, du Rassemblement National (RN), est entravé par deux partis flirtant avec la limite droite/extrême-droite. Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) se réclame du gaullisme et prône un court protectionnisme. Florian Philippot, lui, est issu du RN et reprend ses mesures en les temporisant, à la recherche d’un équilibre.

Et l’écologie ?

Pour ceux souhaitant miser sur les enjeux écologiques, ils auront le choix avec Yannick Jadot (Europe Ecologie Les Verts) et ses mesures aussi sociales que écologiques. Sinon, ce sera Antoine Waechter pour le mouvement écologique indépendant, parti plus centriste que gauchiste qui prône l’écologie avant toutes autres mesures.

Ce qui est sûr, c’est que nous allons avoir un large éventail de choix dans l’isoloir !

Par Marie DIDOUT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s