La fusion nucléaire : une avancée majeure

ⒸInternational Atomic Energy Agency

Les chercheurs du Lawrence Livermore National Laboratory, situé en Californie, ont obtenu des résultats historiques1 lors d’une expérience de fusion par confinement inertiel3 réalisée le 8 août dernier. A ce titre, M. João Jorge Santos, chercheur en physique des plasmas créés par laser, et également professeur de physique à l’Université de Bordeaux, contribuera à cerner les enjeux liés à cet historique pas pour la fusion nucléaire.

Selon M. João Santos, « L’expérience d’août 2021 a atteint un taux d’émission de neutrons correspondant à une énergie égale à 70% de l’énergie laser investie […] résultat qui constitue un progrès spectaculaire par rapport aux expériences menées depuis 10 ans ayant plafonné à un rendement inférieur à 10%». Ce résultat historique nous permet d’envisager un futur recours à la fusion nucléaire, dont il est évident que l’humanité saura tirer parti. Aussi, une des préoccupations du 21e siècle réside dans la sauvegarde de la planète. Le lien se fait donc aisément : la réussite physique du processus de fusion nucléaire serait la bienvenue, étant une source d’énergie propre et inépuisable. Propre du fait du défaut d’existence de déchets nucléaires consécutifs au processus de fusion, par opposition à celui de fission. Inépuisable en ce que les noyaux atomiques qui servent de combustible durant le processus d’allumage, sont largement disponibles. Le premier est en effet présent en grande quantité dans les océans (le deutérium). Quant au second, le tritium, il peut être extrait industriellement à partir des minéraux de lithium dont les réserves mondiales permettraient une exploitation au service de la fusion durant plus d’un million d’années.

Un optimisme à tempérer

Si M. João Santos a su faire naître en vous un légitime optimisme, il ne se garde pas de mettre en avant que la génération d’énergie par la fusion à des fins commerciales ne sera pas mince affaire. Le prochain défi vise à rendre le processus de fusion plus efficace. L’idée que vous, lecteur, devez saisir, est que pour que la fusion se fasse, il est indispensable de recourir à de grandes quantités d’énergie électrique qui alimentent les grands lasers qui eux chauffent le combustible à près d’une centaine de millions de degrés, condition sine qua non à ce que fusion puisse se faire. Dès lors, si l’allumage sera bientôt atteint, la production commerciale d’énergie requiert que l’énergie électrique investie soit inférieure à celle extraite. C’est sous cet angle là que l’aspect de rentabilité doit être analysé.

A cet égard, l’investissement dans la fusion nucléaire ne doit pas reléguer au second plan les autres sources d’énergie électrique propres, qui sauront assurer la transition entre fission et fusion nucléaire.

1 : caractérisés par le processus d’allumage2 des réactions de la fusion, complété à 70%.

2 : advient quand l’énergie relâchée par les réactions de fusion consécutives à l’extrême chaleur et à la compression du combustible de fusion est au moins égale à l’énergie laser investie pour la compression.

3 : une des techniques de fusion, à distinguer de la Fusion par Confinement Magnétique.

Par Melvin HAOUZI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s