Les étudiants face à la crise : témoignages de tout horizon d’une jeunesse qui patiente

Si des voix dans l’opposition s’élèvent face au Gouvernement, elles ne constituent qu’une minorité de gens dans l’immense population étudiante. De fait, la « majorité silencieuse » ne s’exprime que très peu en cette période plus qu’inédite. Au travers de différents témoignages, nous avons découvert ce que ressent cette majorité invisible. 

ZOÏA, Étudiante en Master 2 d’Action Publique à la Faculté de Nice Côte d’Azur

Bonjour Zoïa, comment vas-tu moralement et comment se passe cette « période Covid » ?

Je dirai que le moral s’étiole un peu plus chaque jour … Je ne pense pas me tromper si j’avance que c’est une tendance générale. Un an après, la corde commence réellement à tirer. D’après moi on a collectivement fait des efforts les premiers temps, on a pris sur nous pour le Bien de tous et parce que la conjoncture était inédite. Cependant, l’ambiance de « stop and go » incessante met tout le monde à fleur de peau. C’est épuisant de n’avoir aucun regard de n’avoir aucun regard précis sur les semaines qui vont suivre, d’autant que la situation est instable. Nous, les étudiants en fin de parcours, avons de faibles perspectives d’insertion professionnelle. C’est difficile de se projeter et donc de se motiver, surtout quand certains de nos projets ont dû être repoussés voire abandonnés. 

Penses-tu que cette période marquera un tournant dans nos modes de vies ? 

C’est compliqué à prédire … S’agissant de nos modes de vie, et sans vouloir être trop pessimiste, je pense qu’on va revenir à la normale, si tant est que le virus soit endigué, très rapidement. On a peut-être le sentiment que la période post-Covid va être celle d’une effervescence et d’une responsabilité générale, mais il suffit de regarder l’exemple de l’été dernier. On a tous retrouvé nos repères et codes sociaux à vitesse grand V, en faisant fi d’une potentielle recrudescence du virus. Si je n’estime pas que nos modes de vie en eux-mêmes vont foncièrement évoluer, j’ai néanmoins le sentiment que la période va entériner quelques habitudes (davantage matérielles) et notamment celle du port du masque.

A titre personnel, je veux profiter autant que possible. Et c’est en cela qu’il y a aura peut-être un tournant dans mon mode de vie. Cette période m’a bousculé en atrophiant mes interactions sociales, mes loisirs, mes sorties … Elle a été celle d’une frustration, d’une mise sur arrêt de mon quotidien. Je m’impatiente de le retrouver.

TRISTAN, Étudiant en 3ème année de Licence d’Histoire 

Bonjour Tristan, comment vas-tu moralement et comment se passe cette « période Covid » ?

Bonjour. Je ne vais pas mentir, c’est compliqué. Les cours à distance sont dur à assumer à force et c’est complexe de suivre le rythme et de rester motivé tous les jours. Mais on fait avec et on essaie de faire ce qu’on peut, espérons que cela soit bientôt terminé et que tout redevienne normal le plus vite possible.

Que penses-tu de l’attitude de l’Université face à la détresse des étudiants et à leur situation qui se dégrade ?

C’est compliqué pour l’Université qui n’était, tout comme nous, pas préparée à cela.

On attend évidemment plus, on voudrait que les cours reprennent en physique et non à distance et que les étudiants qui n’ont pas les moyens d’accéder aux cours à distance soient plus aidés et soutenus, mais les universités restent sous le contrôle de l’état et font ce qu’elles peuvent. Ce qu’il faut se dire c’est qu’il faut rester fort et continuer de travailler dur jusqu’à la fin.

CARLA, Étudiante en Prépa à l’entrée en IFSI

Bonjour Carla, comment vas-tu moralement et comment se passe cette « période Covid » ?

Cette période commence à être pesante pour moi. Je suis étudiante en prépa Infirmière. À côté de ça, je suis en CDI (20h/semaine) en tant que vendeuse dans une boutique de prêt-à-porter. Mes journées se résument à aller à la prépa le matin, pour ensuite travailler durant plusieurs heures l’après-midi à la boutique. Enfin, lorsque je ferme la boutique, je termine généralement entre 18h et 18h30, ce qui me laisse à peine de temps de rentrer à la maison en tram à cause du couvre-feu. La situation et déjà très pesante, mais avec ce couvre feu, le dicton « métro, boulot, dodo » prend tout son sens. Les liens entre les gens ne peuvent plus se faire. Que dis-je, quels liens, il n’y en a pas.

Quel est ton avis sur la possibilité d’un passeport vaccinal qui conditionnerait notre retour à des activités « normales » ?

Je ne suis pas du tout d’accord avec l’obligation d’avoir un passeport vaccinal. Cette situation est inédite pour notre jeune génération, selon moi, nous n’avons pas assez de recul, et la conjoncture l’a bien démontré à maintes et maintes reprises. De nombreuses règles nous ont étés dictées et le sont toujours dans cette crise. Imposer le passeport vaccinal ne ferait qu’inquiéter les gens. Selon moi, plus de la moitié de la population voudra bien se faire vacciner, ce qui suffirait pour qu’il y est une immunité. Devoir obliger ce vaccin afin de pouvoir, ne serait-ce qu’aller manger au restaurant par exemple, serait un scandale.

FAËL, Étudiant en 3ème de Langues étrangères au Canada

Bonjour Faël, comment vas-tu moralement et comment se passe cette « période Covid » ?

Tout se passe super bien, outre le port du masque il n’y a pas vraiment de restrictions ici, les restaurants et les bars sont ouverts, certes avec des règles à respecter mais c’est mieux que rien. Les salles de sport sont également ouvertes, toujours avec le port du masque et une obligation de nettoyer les machines avant et après chaque utilisation, ce que tout le monde respecte sérieusement.

Quelle est la chose qui te manque le plus et que comptes-tu faire lorsque ce sera terminé ?

Même si ce n’est pas la meilleure période, la France me manque quand même, notamment ma famille et mes amis, mais je me suis bien acclimaté à ce nouveau pays et les gens ici sont très sympathiques et accueillants.

Quand toute cette période sera enfin finie je souhaite découvrir au maximum ce nouveau pays, voyager un peu vers les États Unis puisque je suis à côté et pourquoi pas inviter quelques français dans mon nouveau chez moi.

Propos recueillis par Corentin SERANI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s