“Schizophrenia”, une confrontation artistique à fleur de peau

©Isabelle CARRERE, galerie Wilhelm Blais

Deux peintres, Lucille Callegari et Elmoez Meherzi, ont travaillé séparément sur une série de portraits nommée Schizophrenia, exposée à la galerie Wilhelm Blais à Bordeaux du 1er au 31 décembre 2020. Rencontre avec deux artistes au parcours singulier.

Le double, au cœur de la démarche artistique

Schizophrenia est un projet débutant en 2016, à la suite d’un débat agité mais stimulant entre les deux artistes. Un différend les conduisit à réunir deux moitiés de portraits. Cette première esquisse aboutit en décembre 2016 à la réalisation du premier portrait. Le projet initial se mue ensuite en série après une suggestion amicale. 

Le nom de la collection met en relief la démarche des deux peintres. Selon Lucille Callegari, il renvoie à « la représentation double de chacun de nos portraits […]. Le visage est coupé en deux, la plupart du temps, de façon symétrique avec un visage de face ». Chaque portrait se compose ainsi de deux parties : la partie de gauche, peinte par Elmoez Meherzi, et la partie de droite, peinte par Lucille Callegari, sauf pour le portrait 33. Chaque artiste a travaillé sur sa partie dans son atelier, sans entrer en contact. « On a pas adapté une technique pour que notre peinture se mélange sur la toile », précise Lucille Callegari. Chaque portrait est ainsi marqué par une franche dissonance entre deux styles distincts. 

Des approches artistiques distinctes mais complémentaires

Lucille Callegari décrit son style comme le reflet de sa personnalité : « brute, spontanée et énergique ». Sa peinture est chaotique, viscérale : les contours sont irréguliers, la peinture ruisselle sur la toile, et les couleurs s’entrechoquent. Son art peut être assimilé à l’action painting, un mouvement pictural qui se développe dans les années 1950 à New-York. L’action painting s’attarde davantage sur l’action physique de peindre que sur le rendu final : la peinture se fait automatique.

Sans se départir entièrement d’une gestuelle instinctive, l’art d’Elmoez Meherzi est plus méthodique. Le peintre confie multiplier les médiums, tels que le fusain, l’acrylique, mais aussi la peinture à la bombe. Les détails sont quant à eux réalisés avec des pochoirs. Ce foisonnement des techniques traduit un héritage riche, comme le street-art et le pop-art. Son art est centré sur le travail de la matière, le jeu de l’ombre et de la lumière : les formes des visages sont marquées, et les regards se font pénétrants. 

Toutefois, les deux facettes de ces portraits témoignent d’une violence et d’une forte intensité émotionnelle. Pour les deux artistes, la peinture, de portraits féminins notamment, est le produit d’une histoire singulière. « Pour l’un et pour l’autre, l’art a été un exutoire, parce qu’on avait des choses à sortir », confie Lucille Callegari. « Notre histoire est différente : moi c’est plus un choc à un moment donné, qui a fait que la création s’est ouverte à moi de manière totalement inconsciente […]. Pour Elmoez c’est plus une histoire de vie familiale, et la peinture nous apporte justement de nouvelles ouvertures et de nouvelles perspectives de vie. », ajoute-t-elle. Elmoez Meherzi a joué une influence majeure dans l’expression artistique de Lucille Callegari, en devenant son maître de peinture.

Les deux artistes sont fortement attachés à la série Schizophrenia, et n’ont pas d’autres projets en tête. Même si l’exposition est terminée, leur collaboration se poursuit. La collection devrait s’enrichir prochainement de nouveaux tableaux.

Par I. CARRERE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s