Les huiles essentielles : arnaque ou bon plan ?

©Bouddhismeuniversité

Dès les premiers symptômes du rhume, le réflexe pharmacie est de rigueur. Cet hiver, ses rayons sont remplis de petits flacons aux couleurs verdoyantes : les huiles essentielles. 

Lavande, menthe, eucalyptus, thym… Les huiles sont extraites des plantes par distillation ou extraction pour remplir les flacons de l’essence de la plante. Il est possible de les inhaler, les avaler ou de les appliquer à même la peau. Connues pour leurs vertus antibactériennes et antivirales, elles peuvent être prescrites par un aromathérapeute, médecin les utilisant à des fins thérapeutiques. 

Leur utilisation demeure cependant très controversée. Entre efficacité placebo, vertus naturelles vantées par les professionnels et profits de l’industrie pharmaceutique, la Tribune Montesquieu mène l’enquête auprès des professionnels. 

Le saviez-vous ? 

L’huile essentielle de Tea Tree viendrait à bout de nombreuses bactéries en milieu hospitalier. Le flacon était délivré aux militaires australiens pour les aider à lutter contre les infections, avant d’être remplacé par les antibiotiques dans les années 30. 

L’avis du médecin 

Le docteur Pertet, médecin généraliste dans les Yvelines et créateur du Samu de Dreux, a un avis bien tranché sur la question : “ Il n’y a pas un commencement de début de vertus aux huiles essentielles”. Ce dernier constate un manque de confiance en la médecine traditionnelle due à un manque d’écoute des patients, les incitant à se tourner vers ces médecines naturelles. Il explique que 70 % des symptômes du corps sont psychosomatiques et que les plantes peuvent être utiles et avoir de l’effet sur le psychique. Il y reste très hostile et incite à la précaution : en cas de réel problème, les huiles essentielles n’ont pas d’effet réel et ne soigneront pas la maladie. 

L’avis de la naturopathe 

Sylvie Lossi, naturopathe certifiée par l’ISUPNAT et la FENA, explique que la naturopathie est une médecine de prévention basée sur l’hygiène de vie. C’est une médecine traditionnelle ancestrale reconnue par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) qui a pour but de préserver et d’optimiser la santé globale. Avec cette intention, le naturopathe peut recommander certaines huiles essentielles, mais seulement dans un objectif d’amélioration du bien-être. En France, l’usage des huiles essentielles à des fins thérapeutiques est réservé au seul médecin. La naturopathe précise que les huiles essentielles sont naturellement immunostimulantes et peuvent être utilisées dans un objectif de prévention des affections hivernales. 

Appelant aussi à la précaution et au respect de la posologie, voici une de ses astuces pour rester en forme l’hiver (sous couvert de l’avis d’un pharmacien ou d’un médecin) : aux premiers signes d’un souci respiratoire, 1 à 2 gouttes d’huile essentielle d’Eucalyptus globulus ou de Laurier noble (Laurus nobilis L.) à verser sur l’intérieur des poignets, à frotter ensemble et à respirer profondément, plusieurs fois de suite. C’est le principe de l’inhalation sèche, geste « simple et très efficace ”

Il semblerait que les huiles essentielles, peu importe leur portée thérapeutique véritable, puissent être utiles et efficaces pour bon nombre de patients. Pourquoi s’en priver, avec raison et conseils, dès lors qu’il s’agit d’améliorer les petits désagréments du quotidien ? 

Par A. PASTERNATZKY

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s